Pages Menu
Categories Menu

Génération Moto N°69

Sympathic machine Yamaha R6

Flashback sur une hypersportive de huit ans d’âge. Entre les mains de Nicolas, la Yam R6 de Francis a trouvé une seconde jeunesse. La petite est restée joueuse !

Sortie en 1999, cette Yamaha YZF R6 se trouva fort défraîchie lorsque 2006 fut venue. Griffée, usée par les milliers de kilomètres courus poignée en coin par son ex-propriétaire, elle n’était pas, loin s’en faut, dans la même configuration que la précédente R6 de Francis, réduite en bouillie métallique après une chute à belle vitesse sur le circuit du Luc. Francis, dépanneur de son état, qui a d’ailleurs hésité à ramener l’épave chez lui, était inconsolable.

Pour trouver enfin la paix, il a racheté ce clone de sa machine, immédiatement confié à Nicolas Selme pour un total relookage. Nicolas, vous vous en souviendrez, est le bâtisseur de la très belle Hornet « Doohan » vue dans GM n°65. Pour la R6, il a réalisé deux habillages : route et circuit. Ayant eu carte blanche pour la couleur, il s’est lancé sur un déchiré or mordu de « similis plaques » de tôle noire. Effet boeuf. Du kif à l’état pur !

Du gaz à tous les étages, et un Datatool pour savoir auquel on se trouve. C’est ça le progrès !

Unique en son genre, le feu affleure à peine d’un passage de roue ultra lisse.

Nicolas Selme a remodelé la coque de la R6, qu’il a percée d’ouvertures signalées par des feux de position oranges. Des bouches de refroidissement pour des pots sous selle à venir ?

De jour comme de nuit
Toujours à l’affût de détails qui tuent, Nicolas a moulé deux bossages et inclus des lenticulaires de chaque côté du sabot. Dans la coque de selle, il a pratiqué des ouvertures à l’intérieur desquelles ont été placés des feux. Un travail discret fort bien réalisé. Pour préparer la moto à la piste et gagner quelques chevaux, Francis a pour sa part monté un silencieux ART de fabrication anglaise. La bulle fumée Ermax, elle, est bien française. Plus haute de 6 cm que celle d’origine, elle offre une meilleure protection.

Efficace et facile à piloter, la R6 n’en est pas moin très réactive … « A des années-lumière de mon ex-VTR et des rigides Ducati qui me font fantasmer ». Chauffé par les réactions de guidon de sa précédente R6, Francis a adapté un amortisseur de direction réglable. Pas de quoi exploser son budget, qui reste contenu pour une bien jolie machine, apte à la route comme à la piste. Accrocs des derniers millésimes, prenez-en de la graine !

Pour remplacer un pot un peu « chiffon », Francis a « trouvé » ce silencieux ART en alu. Classique, mais efficace.

Bienvenu sur la vive R6, l’amortisseur de direction calme les ardeurs de la bête. Tout doux…

Moulés dans le sabot de carénage, les halogènes éclairent la route de près…

TRANSFOMORPHOSE
YAMAHA R6
Amortisseur : pose d’un amortisseur de direction réglable
Habillages : polyester, modifiés par Nicolas Selme
Phares : placement dans le sabot
Autres feux : placement dans la coque
Bulle : Ermax
Échappement : ART alu Pro Series II
Durits : type aviation
Pignon : 14 dents
Préparation et décoration : par Nicolas Selme